Anne Benéteau

avec Philippe Eon

   

« Je crois que les enjeux des trois prochaines années sont cruciaux. Il est urgent de travailler différemment. Avec Philippe Éon, d’une autre famille politique, nous voulons montrer qu’il est possible et nécessaire de trouver ensemble des solutions nouvelles, respectueuses de nos différences. »

Anne Benéteau
    « Tous ceux dont la première interrogation est de savoir si vous êtes de gauche ou de droite défendent une vie collective figée: soit vous êtes d’un côté, soit vous êtes de l’autre. Est-ce que c’est une façon prometteuse de présenter l’avenir commun et de contribuer à cet avenir ?«     
    
Philippe Eon             

    Aujourd’hui, la gouvernance politique se réduit à une logique gestionnaire et technique. Les élus de tous bords, au pouvoir, justifient leurs décisions en vertu de présupposés dogmatiques, tels que la diminution du nombre de fonctionnaires pour les uns, la défense du pouvoir d’achat pour les autres.

Mais qui s’interroge sur le sens des réformes à mener ?
Qui ose penser plus loin que la durée d’un mandat ?

 Le jeu de l’alternance nous prive de pensée politique, car il nous emprisonne dans des rapports de force entre majorité et opposition.

Il est urgent de redonner du sens à la politique.
De travailler ensemble à notre avenir commun.

Pour cela, nous appelons tous les élus à s’assembler en un gouvernement départemental de coalition.
Les urgences sont trop nombreuses pour poursuivre les affrontements stériles entre majorité et opposition.

  • Que tous soient unis pour oser porter des projets courageux, nécessaires, ambitieux pour notre Département.
  • Que les délégations et les responsabilités soient réparties proportionnellement au nombre de sièges de chaque famille politique.
    Pour que la démocratie retrouve du sens, il faut que chaque élu soit en mesure de participer à la décision collégiale.

L’important n’est pas d’afficher un catalogue de promesses difficiles à tenir, trop séduisantes, mais de s’engager sur une démarche.
Nous promettons de travailler ensemble, pour le bien de tous, pour prendre des décisions ambitieuses pour l’avenir qui s’imposeront après un réel travail prospectif.

 Les propositions des différents candidats de Poitiers IV sur 7 à Poitiers, ici

   

« Je remercie les électeurs qui m’ont accordé leur confiance dimanche. Hélas, le score réalisé est plus que décevant.

L’abstention est la véritable gagnante de ce scrutin. Elle explique peut-être partiellement ce mauvais résultat pour moi, et pour le Mouvement Démocrate. De plus le grand nombre de candidats dans le canton de Poitiers IV a contribué à accentuer la dissolution des voix.

Ce score est aussi – c’est une autocritique – le fait d’une campagne trop tardive et d’un manque de notoriété, facteur crucial pour les élections cantonales. En effet, les deux candidats arrivés en tête – Martine Gaboreau, PS, et Jean-Pierre Lagrange, Majorité départementale – sont élus l’un et l’autre de longue date sur le canton. A eux deux, ils obtiennent les deux tiers des voix.

Ce résultat est enfin le signe que l’idée de « ni droite, ni gauche » ne passe pas dans l’opinion publique et que la posture du Mouvement Démocrate, nuancée, qui rejette les positions caricaturales, n’est pas – n’est plus ? – comprise par nos concitoyens.

Je remercie Philippe Eon, membre de Cap 21, d’avoir accepté de m’accompagner : nous avons montré qu’il était possible de travailler ensemble. Je reste persuadée que c’est indispensable.

J’espère que la participation sera meilleure dimanche prochain. Malgré ma déception, je demeure convaincue qu’il faut redonner des couleurs à la démocratie, et donc voter. »