4,4 % Déficit budgétaire de la France

La France décroche

La fin des illusions budgétaire françaises

Le déficit budgétaire annuel de la France ne sera pas ramené à 3% du P.I.B fin 2015…  Ceci en violation du traité de Maastricht qui impose un plafond annuel de 3%.

Dépassant allègrement celui-ci depuis plusieurs années, la France avait obtenu de Bruxelles un délai de deux ans pour rentrer dans les clous de Maastricht mais hélas cet objectif ne sera pas atteint car ledit déficit devrait être de 4,4 % en 2014 et 4,3 % en 2015 ; les 3 % étant projetés pour 2017. Certes, la France n’est pas aidée par une conjoncture morose : croissance économique quasiment nulle, inflation très faible et des rentrées fiscales largement surestimées.

Il faut dénoncer ici la cécité dont nos élites politiques ont fait preuve ces dernières années. Seul François BAYROU – qui n’a cessé depuis une douzaine d’années d’alerter l’opinion publique sur l’accumulation de ces déficits publics – est le seul homme politique qui a eu le courage de tenir ce langage de vérité.

Bref, ces dernières années, la France navigue avec un excès annuel de dépenses de l’ordre de 100 milliards d’euros soit un chiffre moyen par habitant de 1 500 €. N’oublions pas au passage les quelques 46 milliards d’intérêts bancaires (soit 700 € annuels supplémentaires par habitant) que nous versons aux marchés financiers pour que ceux-ci continuent à nous prêter de l’argent. Manifestement la France vit au-dessus de ses moyens et la plaisanterie dure depuis 40 ans !!! . Enfin, dois-je préciser que – dans notre malheur – nous avons la chance de pouvoir emprunter à des taux d’intérêt exceptionnellement bas, de l’ordre de 1,3% à 1,5 % sur 10 ans ; la banque centrale européenne ayant très largement ouvert les robinets du crédit pour lutter contre les risque de dépression. Et qu’il suffirait que le marché se retourne pour que les taux d’emprunt montent en flèche (au plus fort de leur crise, l’Italie, l’Espagne et le Portugal empruntaient au taux de 5, 6 voire 7 %).

Outre la scandaleuse attitude politique qui consiste à léguer aux générations futures une dette monstrueuse et grandissante ; ce mode de gouvernance sans cesse dévoyé des autorités françaises se traduit par une perte considérable de crédibilité et d’influence aux yeux de nos voisins européens et dans le monde. Avec l’image définitive que le France est un pays qui ne tient pas ses engagements (A titre de comparaison pour le 1er semestre 2014, le budget allemand a enregistré un excédent de 16,1 milliards d’euros).

Enfin, en refusant de faire preuve d’un grand courage politique pour engager les indispensables et douloureuses réformes dont la France a tant besoin, le gouvernement enfonce chaque jour un peu plus le pays dans un déclin définitif et irréversible. C’est cela le plus triste… .

Christian Gérard CLUZEAU
Délégué départemental du MODEM 86

Cet article a été publié dans Déficit, Economie.

Envoyer cette article Partager sur Facebook

Laisser un commentaire

Celui-ci est sousmis à modération avant publication


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>