Pour Oeles !

hommefemme

8 mars journée de la femme… L’abrégé d’une journée de commémoration. Commémoration parce que NON !!! Ce n’est pas une fête !! Non ce n’est pas non plus un pseudo St Valentin bis !!! Non, ce jour n’est pas celui où l’on sort la poubelle, où l’on fait la vaisselle, où l’on offre des fleurs! Non ce jour n’est pas celui où, fort de sa bienveillance, on espère sa médaille en fin de journée !

Ce jour est celui de la commémoration du droit au vote, du droit d’avoir un compte en banque à son nom (fin années 60), du droit d’avoir un travail sans autorisation de son mari (fin années 60), du droit d’avorter librement quand Monsieur s’est satisfait « dedans » sans se poser de question (milieu années 70), du droit à la contraception remboursée, du droit à la vie sociale, sociétale, du droit d’être vénale, salope, vertueuse, du droit d’avoir un avis de même valeur, du droit de ne pas être décorative, du droit de ne pas « accompagner » son compagnon, du droit de dire « non pas ce soir », du droit de ne pas être cachée, du droit de se vêtir, se maquiller ou de ne pas le faire, du droit d’avoir un salaire identique à compétences et responsabilités égales, du droit de porter un enfant en assumant un travail, du droit de ne pas perdre son nom « par défaut », du droit que son enfant ne porte pas un autre nom « par défaut », du droit de ne pas l’élever, du droit de ne pas prendre LE congé parental « par défaut », du droit de « collectionner », du droit de ne pas se prendre de claques, de coups, de ne pas être humiliée, de ne pas être assimilé à de la viande, du droit de ne pas être « hôtesse d’accueil », du droit de ne pas être exposée dans une vitrine, du droit d’aller à l’école, du droit de ne pas être vendue, du droit de choisir son compagnon, du droit de ne pas être vierge, du droit à la polyandrie quand Monsieur est polygame, d’être Elue ou candidate sans quotas (discrimination positive appelée Parité non respectée dans les CG & CR à 90% PS), du droit que les pays francophones ré-adopte la Charte Universelle des Droits de l’HUMAIN, etc.

Plus simplement, nous commémorons le combat pour un droit d’avoir une existence Ordinaire ou Extraordinaire qui ne serait pas dictée par quelque culture ou dogme que ce soit !!
Le droit de ne pas être ignoré quand, « pour une paire de couilles », tout le monde est au masculin !
Pour cette dernière, je propose aux académiciens l’abolition progressive de « Ils/Elles » pour un pronom unique « Oeles » ! Le « o » est masculin, le « e » l’adoucit, et la terminaison en « e » est féminine (notez que je n’ai pas dis « féminin ».

Non, le 8 mars, sans abrégé, c’est la journée internationale de commémoration de la lutte pour l’égalité des femmes !
Ce pronom « Oeles » est évidemment symbolique, mais porte également un enjeu futur culturel afin d’en finir avec la domination masculine en France qui se transmet par la culture. Les plus grandes victoires naissent de symboles, alors relayez, s’il vous plait, cette proposition, ou une autre qui respecte l’identité de tous regroupements pluriels de genres, quelque soient leur genre ! Le masculin ou féminin ne peut exister qu’en individualisation, pas dans les pluriels. Ainsi, culturellement, nous seront égaux et peu à peu, les générations futures évolueront d’oeles mêmes !  (Copyright for humans)

Défendre l’égalité de traitement dans la société n’est pas un dogme, c’est un devoir, quelque soit les genres ou les origines !

Cet article a été publié dans Egalité, Humeur, liberté et marquée , , .

Envoyer cette article Partager sur Facebook

Laisser un commentaire

Celui-ci est sousmis à modération avant publication


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>