Les folles élucubrations « façon » Marine Le Pen.

La France selon Marine !

Ou le chiffrage du projet présidentiel de Marine LE PEN :
La présidente du Front national, Marine LE PEN, vient de présenter le chiffrage détaillé de son projet présidentiel. Elle promet de désendetter la France grâce à la sortie de l’euro, au protectionnisme national et la préférence nationale.

Sachant que la crédibilité économique de son projet est son point faible, la candidate frontiste, à l’aide de pages et de tableaux Excel et de courbes graphiques, a voulu jouer la carte du concret pour mieux dénoncer le flou de ses adversaires. Mais cette avalanche de chiffres ne signifie pas pour autant que le chiffrage du projet frontiste est crédible.

DES DEPENSES NOTOIREMENT SOUS EVALUEES

Au chapitre des bonnes dépenses, Marine LEPEN promet des hausses budgétaires pour la justice (+8,5 milliards € sur 5 ans), la sécurité +1,2 milliard €, la recherche (+32 milliards €), la famille (+32,4 milliards €), les PME et l’industrie (+35,4 milliards €) ou encore le pouvoir d’achat (+64,6 milliards €).
Elle a en outre promis de construire 40 000 places dans les prisons, d’augmenter les bas salaires de 200 € nets ou encore de mettre en place un revenu parental équivalent à 80 % du smic pendant trois ans à partir du deuxième enfant.
Soit au total quelques 220 milliards de dépenses nouvelles sur l’ensemble du quinquennat soit l’équivalent d’une hausse de 10 points du P.I.B sachant que pour 2012 la France a toutes les chances d’être en récession et que la croissance moyenne ces dernières années a été approximativement de 1,5 % . Selon l’institut de l’entreprise (dont je rapporte ici les remarques), plusieurs de ces dépenses sont probablement sous évaluées. Ainsi, l’exonération de charges sur les bas salaires coûterait 20 milliards € et non 11 milliards comme l’affirme la candidate frontiste. Ou encore le revenu parental qui coûterait entre 4 et 10 milliards € au lieu de 3 milliards. D’autres mesures  ne sont pas carrément prises en compte dans le chiffrage comme l’aide à la garde d’enfants et l’abaissement de l’âge de la retraite pour les mères de trois enfants.

DES RECETTES EXTRAVAGANTES

Côté recettes, tout est aussi extravagant. Des économies miracles doivent rapporter 240 milliards €. La lutte contre les fraudes sociales et fiscales doit rapporter la bagatelle de 67,2 milliards sur cinq ans (soit 13 milliards € par an) sans préciser comment y parvenir. C’est ambitieux et il faudrait faire beaucoup mieux qu’aujourd’hui. En 2009, sur les 384 millions € de fraudes sociales détectées seuls 92 millions ont été effectivement récupérés. Pour les fraudes fiscales estimées entre 40 et 50 milliards €, les contrôles fiscaux ont permis de récupérer 16 milliards en 2010. Le contrôle très strict de l’immigration (10 000 immigrants légaux par an contre 200 000 actuellement avec des emplois et des allocations familiales réservés aux français et l’expulsion systématique des clandestins) devrait rapporter 40 milliards € sur 5 ans. Or ce chiffrage est sujet à caution parce que difficile à évaluer et les chercheurs du monde entier n’arrivent pas à trancher sur le rapport « coût-bénéfice » des migrations. Par ailleurs, pour financer l’augmentation de 200 € nets sur les bas salaires jusqu’à 1,4 fois le smic, le FN prévoit de mettre en place une « contribution sociale sur les importations » , c’est-à-dire une taxe de 3% sur l’ensemble des biens et services importés en France. Cela implique la sortie de la zone euro et de l’union européenne car les barrières douanières sont aux frontières de l’Europe.

UN PROGRAMME DESASTREUX

Les différentes données chiffrées – que je cite ici – et qui ont été élaborées par des experts et spécialistes et publiées dans les différents médias peuvent naturellement prêtées le flanc à la contestation et la critique… .
Néanmoins et bien que n’étant un professionnel avéré de la chose économique, il y a des lacunes graves et sidérantes dans la vision lepéniste que je tiens à souligner.
Ainsi en est-il de la mise en place prévue par le projet FN « d’écluses douanières intelligentes » ciblées sur des produits importés car concurrentiels de certains secteurs économiques français et qui devraient rapporter 16 milliards € par an ; celui-ci  ne prend pas en compte les quasi certaines mesures de rétorsion qui pourraient être prises par les autres pays et qui pénaliseraient les exportations françaises et donc effacer les gains de productivité liées à la dévaluation du franc.
En ce qui concerne la taxe de 3% sur les produits importés, celle-ci va se traduire par une hausse des prix de vente aux consommateurs. Le risque inflationniste me semble le plus grand déni de ce programme (2,5 % d’inflation annuelle prévue). En effet, pour réduire de 50 % la dette publique qui est actuellement de 1 700 milliards € à l’horizon 2025, Marine LE PEN prévoit d’emprunter à « coût nul » à la banque de France ce qui revient en définitive à faire marcher la planche à billets ce qui se traduira mécaniquement par de l’inflation. C’est ce qu’on appelle créer de la monnaie de singe !!!.
Sans compter qu’avec la dévaluation du franc par rapport à l’euro (estimée à 20 %) qui interviendra suite à ce changement de monnaie, la dette publique de 1 7OO milliards d’euros se transformera en 2040 milliards de francs à rembourser !
Quand à l’autre solution miracle du FN qui consiste à sortir de l’euro et qui devrait rapporter quelques 160 milliards d’euros, il n’y a selon lui que des bienfaits et aucunes conséquences négatives pour l’économie française… .
Je rappelle que le maintien de la crédibilité de la France pour emprunter sur les marchés financiers exigera le relèvement des taux d’intérêts consécutif à la perte de confiance et à la crainte des marchés sur les risques inflationnistes sinon il y aura fuite des capitaux étrangers placés en France et dont nous aurons toujours besoin pour boucler nos fins de mois. En plus, la hausse de la fiscalité et les efforts supplémentaires à faire pour la réduction de la dette pèseront fatalement sur la croissance du pays. La seule façon de se désendetter passe par la création de richesses et/ou la réduction des dépenses.

En conclusion, il y a lieu de s’inquiéter très vivement si un tel programme était mis en œuvre… ; ce serait un véritable désastre pour la France.

Cet article a été publié dans 2012, Catastrophe, Economie, Finances et marquée , , , .

Envoyer cette article Partager sur Facebook

Laisser un commentaire

Celui-ci est sousmis à modération avant publication


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>