Droit de vote des étrangers

Marianne

Lors de la réception d’une délégation de 3 000 maires à l’Élysée, Nicolas SARKOZY a déclarer son hostilité au vote des étrangers non européens pour les élections municipales.

Rappelons que pour ces dites élections ainsi que pour les élections européennes, les citoyens de l’Union Européenne bénéficient déjà de ce droit de vote. Sont concernés par la proposition du sénat à laquelle le locataire de l’Élysée répondait, les quelques 3 millions d’étrangers non européens vivant sur notre territoire.
Le motif invoqué par celui-ci est « qu’une telle mesure est hasardeuse parce qu’elle risque de diviser profondément les français au moment où plus que jamais nous avons besoin de les rassembler. Dans la crise, il y a une nécessité, celle du rassemblement… ».
Pourtant Nicolas SARKOZY, dans un entretien au journal le monde le 25 octobre 2005 déclarait : « je ne trouve pas anormal qu’un étranger en situation régulière, qui travaille, paie des impôts, réside depuis au moins depuis dix ans en France ; puisse voter lors des élections municipales. J’ouvre un débat en faveur d’une mesure que je trouve juste ».

POURQUOI UN TEL REVIREMENT ?

La proximité de l’élection présidentielle, échéance cruciale pour le président sortant en difficulté pour sa réélection et pour l’UMP explique ce reniement !!!.
Après son discours sur la sécurité avec le discours de Grenoble, le discours sur l’immigration, le discours sur la chasse aux fraudeurs, un code pénal spécifique pour les mineurs, la droite sacrifie ici sur l’autel de ses basses ambitions électorales ses timides tentatives de modernisation du fonctionnement de notre société.
Quel gâchis !!!.  Alors dans un sondage réalisé les 28 et 29 octobre derniers par Harris Interactive,  56 % des français se déclarent favorables au vote des étrangers non membres de l’union européenne pour les élections locales contre 41 % d’entre eux qui se déclarent contre… .

ÊTRE AU RENDEZ VOUS DE L’HISTOIRE

On parle beaucoup d’intégration… . Or de ce point de vue, l’octroi du droit de vote aux étrangers non européens est un acte positif.

Rappelons que déjà, dans les entreprises, ceux-ci peuvent être candidats et élus aux fonctions de délégué du personnel et élu au comité d’entreprise. Certains de nos compatriotes seraient prêts à leur accorder ce droit sous réserve de réciprocité dans leurs pays…

Rappelons qu’aujourd’hui encore, sur les 7 milliards d’êtres humains que  compte la planète, 4 milliards ne peuvent pas s’exprimer librement comme nous le faisons en France et que sur les quelques 193 états membres de l’ONU, la torture est pratiquée de façon courante dans au moins 120 pays. Exiger une telle contrepartie, reviendrait à repousser aux calendes grecques le droit de vote local desdits étrangers.
Ce nouveau droit démontrerait à ceux venus d’ailleurs, qui travaillent chez nous pour faire tourner la machine économique, qui élèvent leurs enfants dans notre pays et qui y paient des impôts notre volonté de les intégrer en les faisant participer à la vie locale. C’est aussi pour eux la possibilité d’améliorer leurs conditions de vie quotidienne et de sensibiliser les français et européens à leurs problèmes.

Nous renforcerions ainsi dans notre pays le «BIEN  VIVRE ENSEMBLE » et la démocratie y gagnera. A l’occasion de ce débat exigeant, c’est un idéal humaniste que nous proclamons à la face de tous. C’est aussi montrer au monde et plus particulièrement aux jeunes générations des pays en voie de développement un idéal de vie harmonieuse et un modèle républicain vertueux de respect des autres. Le monde est à nous, mais il ne s’agit de le conquérir que par le cœur et l’intelligence… .

Christian Gérard CLUZEAU
humaniste convaincu.

LA POSITION DU MOUVEMENT DEMOCRATE :

Le MOUVEMENT DEMOCRATE est favorable au droit de vote des étrangers non européens aux élections municipales après 10 années de présence sur le territoire national.

Cet article a été publié dans Démocratie, Elections, Réformes et marquée , , , , .

Envoyer cette article Partager sur Facebook

2 réponses à Droit de vote des étrangers

  1. BOUYSSOU dit :

    Monsieur CLUZEAU pourquoi parlez vous sur des sujets aussi épineux que celui-ci. Il faut bien comprendre que l’histoire a donné le droit de vote au citoyen mâle dans un premier temps puis pour les femmes dans un second. Voter, est par excellence un droit national qui détermine le pouvoir et la structuration du pouvoir dans ce pays.
    Le droit de vote est donc un outil de structuration de la nation. Accordé ce droit a un étranger, n’est pas souhaitable. S’il souhaite voter, il devrait faire acte de patriotisme et devenir Français. Droit que cette nation a donner uax étrangers. Ainsi devenant Français, il acquiert de droit le droit de vote.
    Sinon, a quand le droit d’élections aux mandats locaux des étrangers et la remise des clés de ce pays en des mins non française.

    • Christian-Gérard Cluzeau dit :

      J’ai pris connaissance de votre commentaire surprenant et j’y apporte les précisions suivantes:
      Tout d’abord pour quelles raisons ne pourrais-je pas aborder ce sujet ? Auriez-vous oublié ce qu’est la démocratie ?. Je vous rappelle la définition de ce mot: le mot démocratie vient de deux mots grecs, le mot démos qui veut dire peuple et le mot kratos qui veut dire pouvoir. La démocratie c’est donc le gouvernement du peuple pour le peuple et par le peuple !!!. En démocratie, le simple citoyen est donc un « roi républicain » qui détient une parcelle du pouvoir suprême. C’est donc à ce titre que je me suis exprimé.
      Concernant le droit de vote en France, je vous rappelle que celui-ci n’est déjà plus l’apanage des seuls français et françaises. En effet pour les élections municipales, les étrangers de l’union européenne peuvent voter et être candidats à la fonction de conseiller municipal… mais de par la loi, ils ne peuvent pas être élus maire de la commune dans laquelle ils résident et paient des impôts.
      Concernant les étrangers non membres de l’union européenne, j’ai seulement voulu qu’ils puissent voter; c’est-à-dire se prononcer sur leur cadre de vie immédiat en exprimant une opinion citoyenne. Seuls pourraient le faire, les étrangers non européens régulièrement établis depuis au moins dix ans en France qui sont déjà dans la maison commune. Je n’ai en aucun cas demandé à ce qu’ils puissent être candidats et encore moins élus aux élections locales, régionales ou nationales. NON, ce n’est pas remettre les clés de la maison France à des étrangers. A travers cette divergence d’opinion, je note que c’est toute une vision de l’humanisme qui nous sépare… .

Laisser un commentaire

Celui-ci est sousmis à modération avant publication


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>