Second plan Fillon : une sortie du ravin de la dette ??

dette

Les mauvaises nouvelles s’accumulent sur la maison France !!!.
Pays perclus de dettes, la France – qui est entrée dans une phase de déclin relatif – est à la croisée des chemins… . Il faut dire que les défis que nous allons devoir relever ces prochaines années sont colossaux.

Pour maintenir sa situation à flot, elle comptait sur une croissance économique de 1,75 % pour 2012. Mais avec une nouvelle prévision de croissance en baisse  de 1% en 2012, son budget prévisionnel initial (toujours en déficit) a du une nouvelle fois être revu pour l’année prochaine.

Et pour faire coïncider prévision budgétaire et engagements de réduction de ses déficits, le gouvernement vient de présenter en moins de trois mois un nouveau plan de rigueur dont voici le détail :

  • Passage de la TVA de 5,5% à 7% sauf pour l’alimentation, l’énergie, et les services aux handicapés. Gain attendu 1,8 milliard d’euros par an.
  • Désindexation des barèmes de l’IRPP et de l’impôt sur la fortune (tranches non relevées). Gain attendu 1,7 milliard en 2012 et 3,4 milliards en 2013.
  • Niches fiscales revues dans l’immobilier avec suppression du dispositif Sellier en 2013 et prêt à taux zéro recentré sur l’immobilier neuf. Gain attendu : 1,3 milliard à partir de 2013.
  • Gel des prestations sociales (hors pensions et minimas sociaux) à 1% d’augmentation (et non plus revalorisation suivant l’inflation) en 2012. Gain attendu 500 millions €.
  • Entreprises : augmentation temporaire en 2012 et 2013 de l’impôt sur les bénéfices de 5% lorsque le chiffre d’affaires dépasse 250 millions d’euros. Gain attendu : 1,1 milliard d’euros.
  • Retraites : avancement d’un an du calendrier (2017 au lieu de 2018) prévu par la loi votée en septembre dernier.
  • Globalement cela représente un effort de 18,6 milliards pour 2012 et 2013 dont 7 milliards pour 2012 venant s’ajouter aux 11 milliards d’économies prévues dans le premier plan Fillon d’août dernier en 2012.

QUE FAUT-IL PENSER DE CE SECOND PLAN FILLON ?

Ce qui frappe, c’est l’improvisation… ça fait des mois que l’on savait qu’il faudrait faire des efforts supplémentaires d’économies ; que les prévisions de croissance françaises étaient trop optimistes.
Il est déséquilibré : l’effort essentiel (10 milliards d’euros) sera supporté par les ménages. Enfin, il est déjà insuffisant car les dernières prévisions de croissance pour 2012 sont de 0,4% à 0,6% pour la France… ce qui veut dire qu’il faudra faire un effort supplémentaire pour respecter notre engagement de limiter le déficit 2012 à 4,5%.

Le premier ministre a fait juste ce qu’il doit en augmentant juste ce qu’il faut… . De grand chantier de désendettement, point alors que la France tombe en chute libre !!!. En ces temps de crise, il faut dire la vérité et présenter un plan d’ensemble, carré qui dit comment on va s’en sortir.

NOUS DEPENSONS EN TROP CHAQUE ANNEE DE 120 A 130 MILLIARDS D’EUROS !!!
POUR SORTIR LA FRANCE DU RAVIN DE LA DETTE, IL FAUT FAIRE UN EFFORT DE REDUCTION DU DEFICIT D’UNE CENTAINE DE MILLARDS D’EUROS EN QUELQUES ANNEES !

En France, nous avons un déficit primaire (déficit global diminué de la charge de la dette) beaucoup trop élevé. Pour 2011, il est de 45,6 milliards d’euros, ce qui veut dire que ne pouvant déjà pas rembourser le capital emprunté, si nous arrêtions de payer les seuls intérêts bancaires (45,4 Milliards prévus pour 2011) ; nous n’arriverions pas à financer nos dépenses courantes et c’est bien ce qui inquiètent les marchés financiers.

Pour 2012, la charge de la dette (48,8 milliards prévus) va devenir le premier poste de dépense de l’état français et la hausse des taux d’intérêts auxquels nous empruntons va rendre insupportable le paiement de ces derniers. Il faut savoir qu’une augmentation des taux d’intérêts de un point, c’est 20 milliards d’euros de charges supplémentaires à payer.
Cet effort de rétablissement de nos finances publiques se fera par réduction de nos dépenses et par augmentation de nos impôts. En France les réformes se feront dans la douleur… .
Il faudra s’interroger sur le fonctionnement de l’état… .
En France la sphère publique coûte 55% de la richesse nationale contre en moyenne 47% chez nos voisins pour une efficacité et des résultats  pas vraiment supérieurs sauf peut être en matière de santé. Nous avons en France 36 682 communes (soit autant que l’Europe des quinze) et jusqu’à 7 niveaux administratifs, est-ce bien nécessaire ?

En matière de santé, les français sont les champions du monde en matière de consommation de médicaments et les suédois consomment deux fois moins de médicaments que nous, sont-ils deux fois moins bien soignés que nous ?

Voilà le genre de révisions déchirantes auxquelles nous allons devoir procéder et que nous aborderons dans de prochains articles.

Cet article a été publié dans Développement, Economie, Etat, Non classé, Réformes et marquée , , , , , , , , .

Envoyer cette article Partager sur Facebook

Laisser un commentaire

Celui-ci est sousmis à modération avant publication


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>