Immigration: un danger ?

Globe

L’exécutif continue de braconner sur les thèmes du Front National…. Après Claude GUEANT, ministre de l’intérieur, qui prône la réduction du nombre des étrangers venant en France au titre du regroupement familial (soit 15 000 personnes par an), voilà que Xavier BERTRAND, ministre du travail, vient d’affirmer qu’il fallait réduire le nombre d’étrangers admis au titre de l’immigration du travail (20 000 arrivées par an).

A force de glissements sémantiques, le débat sur l’immigration est en train de confiner à l’absurde. Le refus de l’immigration clandestine s’accompagnait du principe d’une immigration choisie. Car il faut reconnaitre qu’avec une population en déclin, l’Europe a un besoin vital d’immigrés mais qu’elle souhaitait gérer ces flux et non les subir. Même si la France bénéficie d’une meilleure démographie que ses voisins (le seuil de renouvellement en France étant de 2,01 enfants par couple) elle est de ce point de vue dans la même situation qu’eux.

VOULOIR REDUIRE L’IMMIGRATION LEGALE DU TRAVAIL EST UN CHANGEMENT ABSOLU DE PHILOSOPHIE

Les métiers sous tension concernés par l’immigration légale du travail sont au nombre d’une trentaine environ.
On les trouve essentiellement dans le secteur des travaux publics et du bâtiment, les services à la personne, le nettoyage, la restauration (métiers pénibles et souvent mal rémunérés dont les français ne veulent pas) mais aussi des métiers plus qualifiés tels que ingénieurs et experts par manque de diplômés nationaux demandeurs. Selon les statistiques de l’OFPRA (Office Français de Protection des réfugiés et apatrides) et l’Office Français de l’Immigration, en 2010, 188780 immigrants hors Union Européenne sont légalement arrivés en France. Parmi eux 31 000 correspondent à un motif économique dont 20 000 visas accordés pour établissement professionnel sur notre sol. Et c’est ce chiffre-là que Xavier BERTRAND veut réduire… . il a tout faux !!! . Ces métiers visés représentent à peine 5 % des offres d’emploi à pourvoir et la concurrence sur le marché du travail s’exerce surtout entre anciennes et nouvelles vagues de migrants qu’entre migrants et natifs nationaux. Combien de centaines de milliers d’emplois demeureraient sans titulaires s’il n’y avait pas eu les immigrés au statut légal pour les accepter ? Sans eux, bien des secteurs d’activité comme le bâtiment ou les travaux publics sans compter la  restauration seraient sinistrés. Au cours des décennies passées, ils ont largement assurés le succès économique de la France et nous leur devons en grande partie notre niveau de vie.
Supposer que les immigrés occupent des emplois au détriment des français et que réduire leur nombre va favoriser la lutte contre le chômage est une théorie fallacieuse car le profil des demandeurs nationaux ne correspond pas forcément aux offres d’emploi non pourvues et les métiers visés par l’immigration légale du travail sont de plus en plus à forte qualification.

UNE POLITIQUE A COURTE VUE

Il faut réfléchir à long terme !!! . Ce n’est pas comprendre que dans un monde où la bataille des compétences fait fureur nous avons besoin d’attirer les meilleurs cerveaux et que les messages mi-hostiles et mi-xénophobes les dissuaderont de venir chez nous même si les meilleurs ne sont pas visés directement. Ceux-ci préfèreront  nos voisins européens.  C’est refuser la logique d’un monde tel qu’il est aujourd’hui : Comment les jeunes qui bâtissent, à travers Facebook, ces communautés virtuelles qui transcendent les frontières, peuvent-ils recevoir un tel message d’enfermement ? Quelle image se font-ils d’un pays qui porte en bandoulière une telle doctrine ? C’est mésestimer enfin la logique d’une économie de marché ouverte à laquelle nous devons – nous le répéterons jamais assez – une réussite incontestable.
Limiter l’immigration légale du travail est un thème dont l’inconscient rime avec protectionnisme, corporatisme, malthusianisme, le tout nimbé d’une once de xénophobie. Ce discours est donc à mes yeux complètement à rebours des valeurs de celui qui – durant la campagne présidentielle en 2007– a eu l’audace de se présenter comme un « petit français de sang mêlé ».

Cet article a été publié dans Immigration, Politique et marquée .

Envoyer cette article Partager sur Facebook

Laisser un commentaire

Celui-ci est sousmis à modération avant publication


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>