Trop de fonctionnaires en France ?

Services public

Contrairement aux idées reçues, la France se situe dans la moyenne des pays développés en nombre de fonctionnaires par habitant et en poids des dépenses de rémunération dans le PIB.

Face au déficit croissant des finances publiques, la question de sur-administration est souvent posée en France. « La France compte trop de fonctionnaires » répète à l’envie Nicolas SARKOZY depuis qu’il est au pouvoir. Un argument qui justifie aux yeux du chef de l’état la politique du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.
Parce qu’elle est légitime, cette question mérite d’être creusée. Trop de fonctionnaires par rapport à qui ou à quoi ? A la population française ? Aux autres pays développés ? Au budget de l’état ?
Une étude exclusive du CENTRE d’ANALYSE STRATEGIQUE (organisme d’état rattaché au premier ministre) apporte pour la première fois des éléments de comparaison dans une perspective internationale. Ce tableau de bord de l’emploi public publié le 8 février bouleverse les idées reçues.

 
90 FONCTIONNAIRES POUR 1000 HABITANTS
La France comptait en 2008 entre 5 à 6 millions de fonctionnaires (le million de différence tient à la prise en compte de l’emploi dans les organismes privés à financement public, types établissements publics d’aménagements et les entreprises semi-publiques comme la SNCF ) selon les chiffes les plus récents publiés par Bercy. L’emploi public représente ainsi de 20 à 25 % de l’emploi en France. Soit environ 90 emplois publics pour 1000 habitants. Un taux d’administration qui se situe dans une moyenne haute des pays de l’OCDE d’après le rapport de cet organisme.

  
La France se situe loin devant le JAPON (40 emplois publics pour 1 000 habitants), l’Allemagne (50 pour 1000) , mais loin derrière la NORVEGE et le DANEMARK (160 pour 1 000) et au même niveau que le ROYAUME UNI. Et les auteurs du rapport ajoutent que si la France se situe dans une moyenne plutôt haute du point de vue des emplois publics par habitant, elle recourt moins que les autres à la sous-traitance au secteur privé (moins de 5 % du PIB) contrairement aux pays anglo-saxons (9% du PIB aux USA et au CANADA, 12% au ROYAUME UNI) et aux pays nordiques (9% en FINLANDE, SUEDE et DANEMARK).

  
 LES  REMUNERATIONS PUBLIQUES  REPRESENTENT 10 à 12 % DU P.I.B
En 2009, les dépenses de personnel (salaires, cotisations et prestations sociales) de l’état, des collectivités locales et de l’hôpital se sont élevées à 208 milliards d’euros. Soit de 10 à 12 % du PIB (Produit Intérieur Brut). Là encore, la France se situe dans la moyenne de l’OCDE où les rémunérations publiques varient de 3,5 % au JAPON à 17 % au DANEMARK. Ce taux connait une diminution sensible avec la politique du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux.

 
Dans la plupart des pays de l’OCDE, l’essentiel des emplois publics (entre 45% à 76 % des rémunérations publiques versées) est concentré sur trois secteurs : l’éducation, la santé et la protection sociale. Seuls les USA et la GRECE consacrent plus de 10% de la dépense publique à la défense contre 6 % en moyenne dans les autres pays de l’OCDE. La France présente un profil identique en consacrant 31 % des rémunérations publiques à l’éducation, 18 % à la santé et 10 % à la protection sociale et 8 % à la défense.

 
12 ENSEIGNANTS POUR 100 ELEVES
En matière d’éducation, la France se situe à un niveau intermédiaire en ce qui concerne la taux d’administration avec 30 emplois publics pour 1000 habitants ou 12 pour 100 élèves, entre le JAPON (15 emplois pour 1000 emplois pour 1000 habitants ou 8 pour 100 élèves) et le DANEMARK, le ROYAUME UNI et la SUEDE (respectivement entre 35 et 50 emplois pour 1000 habitants ou de 15 à 20 pour 100 élèves).
Néanmoins, la France affiche l’un des taux d’encadrement dans l’enseignement primaire et supérieur parmi les plus faibles de l’OCDE. Dans le primaire, la France ne mobilise que 5 enseignants pour 100 élèves (en comparaison ce chiffre est de 10 enseignants pour 100 élèves en GRECE et en Italie). Dans le secondaire en revanche, la France est dans la moyenne avec 8 enseignants pour 100 élèves contre 8 en Allemagne et 12 en SUEDE. Dans le supérieur, la FRANCE affiche un taux d’encadrement de 5% contre 9% en Allemagne et 11% en SUEDE. En matière d’éducation, une récente étude de l’OCDE indique que la FRANCE est en 18ème position en terme de performance de ses élèves.

 
POUR CONCLURE
On ne peut pas dire qu’il y a trop de fonctionnaires en France. S’il faut gérer au mieux les effectifs publics, on ne peut pas réduire de façon uniforme les effectifs publics quelques soient les secteurs d’activité. IL faut – pour rendre une bonne justice – augmenter les moyens en personnel (greffiers notamment) du ministère de la justice compte tenu de l’inflation des procédures judiciaires, sanctuariser ceux de l’éducation nationale et voir la possibilité de réduire ceux de l’administration fiscale compte tenu de l’utilisation des nouvelles technologies (déclaration de revenus par internet).
D’une manière générale, les pouvoirs publics doivent adapter les moyens (en personnel notamment) aux objectifs qu’ils se fixent… et ne pas hésiter à les augmenter quand cela est nécessaire. Enfin, rappelons qu’on ne peut pas réduire éternellement ceux-ci sans porter atteinte à la qualité du service rendu aux usagers !!! . Ceci est particulièrement vrai en matière d’éducation dans le primaire où un trop grand nombre d’élèves arrivent en 6ème sans maitriser correctement les savoirs fondamentaux.

Cet article a été publié dans Education, Etat, Réformes, Travail.

Envoyer cette article Partager sur Facebook

Laisser un commentaire

Celui-ci est sousmis à modération avant publication


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>